Interview de Catherine Alran, Responsable des Opérations chez Azqore

10 mars 2020

Catherine Altran | Azqore | Indosuez

Présentez votre métier et la représentation de celui-ci au sein de l’organisation. Quels sont les grands temps forts de votre métier sur l’année ?

Je suis Responsable des Opérations au sein d’Azqore. Le service Opérations au sein d’Azqore est  le garant du débouclement des opérations bancaires  initiées par les front office des banques du groupe IWM et des banques clientes externes. Notre métier a considérablement évolué depuis la création d’Azqore car en plus de la bonne gestion des opérations, nous sommes un acteur important de la satisfaction client. Notre métier est en constante évolution, nous devons nous adapter aux nouveaux produits ainsi qu’aux évolutions réglementaires des différents pays où sont implantés nos banques clientes. Nous cherchons en permanence à optimiser nos process, tout en veillant à garantir la maîtrise du risque opérationnel. En 2019, nous avons commencé à développer du RPA au sein du desk fichier valeur pour automatiser l’ouverture et la validation des valeurs pour les produits structurés.

 

Quel est votre parcours professionnel ? Comment avez-vous géré les différentes évolutions de votre carrière ?

J’ai débuté ma carrière au sein du back office option de change de la Caisse Nationale du Crédit Agricole à Paris. J’ai rejoint CA Indosuez Suisse en 2000 où j’ai occupé différents postes au sein du back office, en évoluant vers le management d’équipe de plus en plus grande.

 

En quoi être une femme était un atout ou un handicap dans votre carrière ? Comment gérez-vous vie personnelle et vie professionnelle ?

Je suis persuadée qu’être une femme n’est ni un atout, ni un handicap. La question ne se pose pas en ces termes, ce qui importe c’est la compétence. Il faut saisir les opportunités lorsqu’elles se présentent. Mes managers ont toujours été des hommes et ils m’ont laissé la chance de développer mes compétences, je n’ai jamais ressenti qu’être une femme soit un problème. La problématique et les freins sont plutôt d’ordre personnel car il faut réussir à concilier sa vie professionnelle et sa vie privée.

Une des clés de la réussite est de pouvoir se reposer sur une solide organisation. Il est important que toute la famille adhère à votre projet professionnel et vous soutienne. C’est un travail d’équipe où chaque membre de la famille a un rôle à jouer. Enfin, il est primordial pour moi de pouvoir préserver des moments en famille pour se ressourcer et pouvoir mieux affronter les prochains challenges.

 

Quel regard portez-vous sur l’évolution de l’entreprise en matière de mixité ? Concrètement, quelles initiatives prenez – vous au quotidien avec vos équipes, pour avancer sur le sujet de la mixité ?

Azqore a toujours laissé la place aux femmes. Cependant dans certains métiers il est plus difficile de trouver des candidates femmes, et le problème se pose en amont lors des études, certaines filières sont « sous peuplées » en femme.

Au back office, j’ai naturellement recruté des femmes et ensuite je me suis attachée à les faire monter en compétence au sein des équipes que j’ai dirigées. La mixité existe chez Azqore mais force est de constater que les femmes ne sont pas fortement représentées dans les niveaux hiérarchiques plus élevés.

 

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes générations ?

Ne vous mettez pas de barrières. Ayez confiance en vous, ce n’est pas le fait d’être un homme ou une femme qui importe mais vos compétences.

Soyez pro-active, travailleuse et bienveillante.

10 mars 2020

À lire aussi

Paper

Didier Rabel nommé Directeur des Ressources Humaines d’Indosuez Europe

Chris Kim

Interview de Chris Kim, Relationship Manager à Hong Kong

Marisa Avello | mixité

Interview de Marisa Avello, Head of Risk and Permanent Control à Miami