Interview de Philippine Gontier, Business Management & Development, Suisse

20 octobre 2021

Philippine Gontier | mixité | Indosuez | Suisse

Présentez dans les grandes lignes votre formation et le poste que vous occupez actuellement. Diriez-vous qu'il s'agit d'un métier "masculin" ou "féminin" ? Donnez une vision annuelle de votre rythme de travail, la saisonnalité des missions, les temps forts.

Après une formation en droit, puis en école de commerce tournée vers l’international, je suis entrée grâce à mon stage de dernière année chez JP Morgan et je suis ensuite restée dans le monde bancaire. En tant que «Head of Business Management and Development», je suis chargée de différentes missions : la gestion des risques et le suivi du Business avec l'Etat-major et la Due Diligence Team, l’accompagnement des Relationship Managers (RM) avec notamment la direction des Client Service Officers (CSO) mais aussi l'impulsion et le suivi des enjeux commerciaux et des temps forts de l’activité du Front. Ainsi, j’ai une vision à 360 degrés des enjeux, des difficultés et des besoins du Front et je mets tout en œuvre avec mes équipes pour les aider dans l’ensemble de leurs challenges administratifs et commerciaux.
La difficulté est de devoir prioriser différents sujets en même temps, en fonction des enjeux commerciaux du moment, des projets en cours et des contrôles mis en œuvre. Cela nécessite un travail quotidien avec l’ensemble des équipes Front, mais également avec les équipes support, juridique, compliance et risques. Ce rôle ne peut s’exercer qu’en travaillant étroitement avec les personnes qui ont la responsabilité directe des équipes et sans lesquelles la mission serait impossible, en sachant déléguer et en leur faisant confiance.
Je pense qu’un homme et une femme ont une approche différente des responsabilités, l’une n’étant pas meilleure que l’autre, mais complémentaires. En tant que femme, j’y apporte peut-être plus d’écoute, de compromis, afin de faciliter la transversalité des compétences, et pour essayer de procurer à chacune et chacun l’aide dont elle ou il a besoin.

 

Evoquez votre parcours professionnel, les évolutions qui vous ont permis d'accéder à plus de responsabilités. Etiez-vous à l'origine de ces démarches ? Comment avez-vous gravi les échelons ?

Après JP Morgan à Paris, j’ai poursuivis mon parcours professionnel à Londres chez des brokers américains, Lehman Brothers et Salomon Smith Barney, qui m’ont beaucoup appris. Si les femmes y étaient nettement minoritaires, notamment dans les salles de trading il y a 20 ans, chacun avait ses chances s’il était prêt à beaucoup travailler et à faire preuve d’initiatives. Deux femmes m’ont permis de m’épanouir dans mon travail. Ma manager chez Salomon Smith Barney à New York a cru en moi et m’a confié la direction de son département à Londres, ce qui m’a conduit à trouver ma voie, c’est-à-dire du Management. Ensuite, une autre femme m’a permis de devenir RM chez BNP Paribas à Genève avant de prendre rapidement ensuite la responsabilité d’une équipe «Mass Affluent» de RM. Ces deux fonctions ont été des tremplins et m’ont permis d’apprendre, de façonner mon rôle de Manager et de démontrer mes capacités.

 

Parlez des barrières auxquelles vous avez été confrontée. Comment les avez-vous dépassées ? Trouvez-vous au contraire, que le fait d'être une femme a été un avantage ? Comment conciliez-vous vie professionnelle et vie personnelle ?

Il est clair qu’être une femme dans le secteur bancaire de la gestion de fortune en Suisse il y a 20 ans était compliqué. Les opportunités étaient limitées et parfois les paroles peu encourageantes pour continuer, mais a contrario ce contexte incitait certains managers, surtout des femmes, à vous aider particulièrement si vous en aviez les compétences et démontriez la volonté d’y arriver. Pour concilier vie professionnelle et vie privée, il faut savoir prendre le temps nécessaire pour les deux, être très organisée et savoir se faire aider. Il y a des moments où la balance penche un peu trop vers la vie professionnelle, ce qui est normal dans les métiers que l’on exerce, mais il faut toujours prendre du temps pour les amis et surtout pour la famille, afin qu’elle sente toujours avoir le premier rôle dans votre vie.

 

Donnez votre vision sur les évolutions que vous avez constatées et celles que vous souhaitez voir aboutir à l'avenir. Donnez des exemples d'initiatives déjà réalisées. Quels ont été les freins et les succès ? Parlez du soutien apporté par votre management.

L’évolution a été importante au cours des 20 dernières années grâce à une prise de conscience de la valeur des femmes et de ce qu’elles peuvent apporter à l’entreprise. C’est désormais largement reconnu. Il y a plus de femmes et la parité se développe, mais il faudra encore un effort pour pleinement y arriver. Au cours des dernières années, le rôle des Ressources Humaines dans ce domaine a été important, avec par exemple les comités «Mixité» internes ou externes qui permettent aux femmes et aux hommes d’aider les femmes, de les conseiller, leur montrer le chemin par le biais de conférences ou de témoignages, de programmes de Mentoring, etc. Enfin, l’importance du Management est cruciale, femme ou homme, car c’est elle / lui qui continuera à donner l’impulsion dans toutes les fonctions de l’entreprise d’une mixité intelligente et assumée.

 

Donnez des conseils concrets en vous basant sur votre expérience personnelle.

Une des qualités importantes est la patience afin de prendre le temps d’apprendre et de démontrer ses compétences et ses envies. L’impatience vous conduit fréquemment à prendre de mauvaises décisions.
Il est souvent nécessaire pour une femme de démontrer plus largement ses aptitudes et de prouver ses capacités, mais d’un autre côté cela nous pousse à nous surpasser, à décupler nos compétences et si cette énergie est reconnue, cela en vaut la peine. Tout n’est pas venu d’un seul coup, j’ai également appris à attendre, même si j’aspirais souvent à autre chose, mais tout en sachant qu’il était possible d’évoluer. En démontrant ma valeur ajoutée et en étant au bon endroit, avec les bonnes personnes, on a enfin pensé à moi pour des fonctions qui m’intéressaient. Il faut savoir mettre en valeur le travail accompli, ne pas hésiter à organiser intelligemment son marketing personnel, pour que l’on ne vous oublie pas.

20 octobre 2021

À lire aussi

feuilles | cœur | vert | nature | plante | durable

Indosuez partage son rapport de développement durable 2020

Rebecca Marti | mixité | Azqore | Indosuez

Interview de Rebecca Marti, Etat-major, Azqore

Majdouline Lo Iacono | mixité | Indosuez

Interview de Majdouline Lo Iacono, Advisory, France