2024, année d'élections

04 juillet 2024

Monthly House View - Juillet 2024 - Télécharger ici 

De toute l’histoire de l’humanité, 2024 est attendue comme l’année record des élections dans le monde en mobilisant la moitié de l’humanité allant aux urnes dans 68 pays.


L’attention principale est portée sur les élections aux États-Unis en novembre qui vont probablement être sous haute tension. Le 11 juillet, nous connaîtrons la peine que devra purger Donald Trump qui a été déclaré coupable de 34 chefs d’accusation dans l’affaire Stormy Daniels. En théorie, il risque jusqu’à quatre ans de prison ferme. La polarisation politique est très forte et la société américaine divisée par d’extrêmes disparités sociales et économiques ; au premier trimestre 2024, 10 % de la population détenait les deux tiers de la richesse et 50 % des moins riches n’en détenaient que 2,5 %. Il est intéressant de voir que les voisins canadiens dans leurs scénarios de risques envisagent même une potentielle guerre civile aux États-Unis au regard des divisions idéologiques, de l’érosion démocratique et des violences en hausse1. Un tel scénario aurait un impact extrêmement fort, bien que la probabilité soit en somme quasi nulle. L’exemple des actions des militants pro-indépendance du  Québec dans les années 1960, loin d’être une guerre civile, avait perturbé pendant une décennie l’ordre local jusqu’au point culminant de la crise d’octobre 1970 et reste encore très ancré dans les mémoires des canadiens.


Le regard étant plutôt tourné en direction de l’autre côté de l’Atlantique, on était loin d’imaginer un grand rebondissement concernant les élections européennes. On craignait une potentielle fragmentation et polarisation du parlement européen avec une montée des extrêmes mais finalement on observe une très bonne stabilité des conservateurs (PPE, Parti Populaire Européen) qui restent majoritaires et gagnent même des places. À noter que les écologistes, les centristes et libéraux (Renew Europe) perdent du terrain alors que l’extrême droite progresse (elle arrive en tête en France et en Autriche). L’extrême gauche par contre reste stable. 

La surprise concernant la polarisation est venue là où on ne l’attendait pas avec la dissolution de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron le soir même de l’élection européenne. Le résultat des nouvelles élections législatives sera connu à l’issu du deuxième tour du 7 juillet. Face au parti présidentiel, les alliances rapides mettent finalement en avant deux grandes forces ; l’extrême droite (le Rassemblement national, RN) et l’alliance de la gauche avec l’extrême gauche (Nouveau Front Populaire, NFP).


Le marché actions français et la dette française ont été immédiatement pénalisés par ce climat d’incertitude politique où il y a désormais une vraie probabilité d’avoir une cohabitation entre le président Emmanuel Macron et un premier ministre d’un autre parti. Dans ce contexte de volatilité, il nous semble intéressant de détecter les asymétries de marchés et de profiter de potentielles opportunités. À côté de cela le marché américain paraît imperturbable et continue d’afficher des plus hauts historiques, porté par l’action NVIDIA qui contribue à plus d’un tiers de la performance du S&P 500 depuis le début de l’année. Cette entreprise est désormais l’emblème de la révolution de l’Intelligence Artificielle (IA) et devient la première capitalisation mondiale à plus de 3 000 milliards de dollars. Jamais dans l’histoire nous n’avons assisté à une telle progression. La capitalisation a été multipliée par 10 en quatre ans. La question est désormais de savoir qui sera le prochain champion ? Ainsi qu’il en a été pour General Electric en 2000, Exxon en 2007, l’avenir appartiendra probablement à l’acteur qui réinventera et  stockera l’énergie de demain. En attendant, nous vous proposons un point d’analyse sur le pétrole dans cette nouvelle édition. 

Information importante

Monthly House View, 20/06/2024 – Extrait de l'Editorial

04 juillet 2024

À lire aussi

Nouvel épisode de Banking Insider, le podcast d’Indosuez

Jour de l’indépendance

Immigration : une plus grande économie